by

CHARRUES 2012 : L’escapade champêtre des Oreilles de Jankev

Une - Vieilles Charrues 2012 // Les Oreilles de Jankev

Rendez-vous estival incontournable pour tout amateur de musique live, le festival le plus important de France a encore avalé près de 240 000 festivaliers. On a donc décidé de s’y rendre pour les soirées du samedi et du dimanche avec un petit miracle cette année : pas une seule goutte de pluie ! Naturellement, les vieilles charrues sont connues pour leur éclectisme (point positif incontestable) et la taille du site qui nécessite une organisation sans faille. Alors quand on est deux p’tites oreilles à se balader dans un espace aussi vaste, il faut faire des choix et ne pas négliger les coups de cœur. Récit.

« Nos oreilles fut conquises ! »
Cette année, la journée du samedi nous a révélé les performances live de quelques groupes que l’on suit depuis quelques temps : Sallie Ford et Balthazar. La première, américaine d’origine de Portland a assuré un set impeccable devant un public ébloui autant par la voix singulière de cette frontwoman que par le soleil qui brille pleine face sur les festivaliers carhaisiens ! C’est avec un show à l’ancienne, entre rockabilly façon Elvis et pop actuelle que Sallie Ford a rempli sa mission, nos oreilles fut conquises ! Le second groupe qui emprunte son nom à l’un des rois mage joue une musique aussi noble que son nom ! Le quintet belge enchaîne ses morceaux, tous aussi tubesques les uns que les autres avec une classe presque déconcertante ! Mention spéciale à la violoniste du groupe qui a (quand même) le cran de partir en tournée avec 4 gaillards aussi doués qu’elle sur leurs instruments. Balthazar, un groupe qu’il faudra revoir en club ou dans une salle à jauge moyenne pour en apprécier d’autant plus les subtilités apportées dans ce set résolument bluffant ! A propos, leur nouvel album « Rats » sortira le 15 octobre prochain. Il y aura donc une petite tournée, affaire à suivre !

« The Rapture, c’était mieux avant ! »
La suite des évènements sur le site des Vieilles Charrues, ne sera malheureusement pas si excitante que ça pouvait l’être sur le papier. Si les performances de Selah Sue, de Rodrigo Y Gabriela, de C2C et de Justice ont été sans surprises mais toutefois aussi efficace que plaisantes pour les mirettes, celle de LA star de la soirée était plutôt difficile à juger. En effet, Sting devait bien à lui seul avoir récupéré les trois quarts du public. Autrement dit, se frayer un chemin dans la foule était quasi impossible, alors espérer voir un petit bout de l’artiste… On a lâché l’affaire ! Espérons donc que les fans de cet ex flic (Police – NDLR) ont pu apprécier la performance ! Enfin, la déception sera celle des Rapture, le groupe a pris un triste virage pop, lissant la plupart de ses morceaux pour régurgiter une espèce de soupe fade. Bref, The Rapture, c’était mieux avant ! Pour terminer sur cette journée, nous tairons le reste de la programmation, simplement parce qu’on l’a loupé ou parce qu’on a détesté, je vous laisse le choix ! Ce que nous retiendrons donc sur cette journée, vous l’aurez compris ce sont les formations de Balthazar et de Sallie Ford !


« Découverte dominicale »
Deuxième jour pour nous et dernier jour pour les festivaliers. Toujours présents sur la pelouse grillée de Carhaix et déjà bien rougis par le soleil qui tape encore bien fort (bonjour les coups de soleil) ! La découverte live du dimanche pour les Oreilles de Jankev aura été la prestation ultra énergique des québécois de Random Recipe (prononcez random ricipi). Les deux chanteuses-MC balancent chacune leur tour un flow impeccable devant un public conquis dès le premier morceau d’un set qui mêla habilement hip hop, chanson et pop. La preuve que le groupe a su autant produire un album de qualité qu’un set live explosif et ce, même en ouverture de la scène Xavier Grall en plein milieu d’après-midi sous un soleil de plomb ! Au même moment, sur la scène découverte des Vieilles Charrues jouait Mermonte, une formation fraîchement créé à Rennes et qui me fera regretter de les avoir manqués.


« À boire et à manger »
Pour le reste de la programmation, pas de grandes surprises, il y en a pour tout le monde, comme on dit, y’a à boire et à manger ! Hormis la prestation ultra énergique de la formation de rappeurs nostalgiques d’1995, le show à l’américaine ultra punchy de Santigold et l’énergie de Dop D.O.D. (une formation à ne louper sans aucun prétexte), le reste de la programmation n’a pas réussi à émerveiller mes p’tites oreilles… Maintenant Bob Dylan, parlons-en ! Avec tous les mécontents j’ai presque envie de défendre ce vieux dinosaure de la musique : même si sa présence n’était à priori due qu’à la promotion de son nouveau disque, IL ÉTAIT LÀ ! Alors comme les touristes qui se pavanent en disant avoir fait tel ou tel pays, on pourra dire « ben tien, on a fait Bob Dylan ! ». Voilà. Continuons sur la programmation avec Orelsan qui commence à légèrement prendre la grosse tête, il peut, son concert n’était pas si dégueu que ça. Amadou & Mariam, plus tôt dans l’après-midi ont joué devant une marée humaine, on aime ou on aime pas mais ils ont assurés. Pour terminer, Kasabian a livré un show rock comme il faut, tellement « comme il faut » que j’avais l’impression de retourner quelques années en arrière un 23 juillet 2007… Voilà pour cette journée de clotûre, on a loupé Chinese man et Gossip mais valeurs sûres, aucun risque de décevoir le public ! Aller, peut-être à l’année prochaine les Charrues !

Pour l’ambiance, je vous laisse juger avec ces quelques photos :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.