jankev/ Chroniques, Non classé, Une/ 0 comments

Mother Mother, du rock, de la pop, une légère teinte 80’s (juste ce qu’il faut), et encore une fois, une chaleur moite envahit mes oreilles refroidies par le peu de surprises musicales qui arrivent ces jours-ci. Mais bon sang ! Ce groupe m’excite, mais c’est quoi, c’est qui, d’où viennent ces mecs ?

Format : Album
Éditeur/Label
: Last Gang Records
Sortie
: le 15 mars 2011
Genre
: Pop/Rock


Et bien finalement, il semblerait que Mother Mother ne soit pas un groupe de débutants. Avec 2 disques déjà sortis, le succès a été au rendez-vous, puisqu’ils ont été récompensés par de nombreux passages radio au Canada : des trusts de premières places de classement aux différents prix reçus (type Victoires de la Musique). Mais comment, en France, on a pu passer à côté d’un groupe pareil ? Alors que pendant ce temps-là, l’autre tâche ramasse un disque d’or en pillant le répertoire des chansons des pauvres bretons souffrant le martyre, leurs oreilles en sang…

Le quintet est mené par Ryan Guldemond, un frontman talentueux, aussi  producteur et auteur des 12 morceaux de ce 3ème album mixé par Mike Fraser (AC/DC, Franz Ferdinand). Ce disque pourrait bien représenter pour la pop un nouveau modèle : puisque je suis fou de ce disque, je dirais que Mother Mother pourrait avoir un impact aussi important qu’un disque de Michael Jackson propulsé à l’époque au rang de « king of pop ».


Sur les traces d’Of Montreal et des B-52’s

Plus sérieusement, ce disque nous amène sur les traces de groupes comme Of Montreal ou les B-52’s, pour le côté bordélique et le fait que les B-52’s étaient eux aussi un groupe mixte (mais 4)! « EUREKA » donc, c’est le 3ème album de ces fous furieux venus du pays des caribous, installés dans la belle ville de Vancouver. Ce 3ème opus est attendu pour le 15 mars, et à priori en sortie mondiale s’il vous plaît ! Le groupe est on ne peut plus pro dans le travail harmonique, on ne peut plus carré dans les rythmes choisis. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter le dansant « Baby don’t face », l’entraînant « Simply Simple » ou l’énervé « Calm me down ». Le morceau « Problems », quant à lui, est probablement le morceau le plus excitant de l’album : une basse funky, une mélodie entêtante et un jeu de guitare plus qu’efficace… en définitif, le gros gros tube du disque ! À noter, le morceau un peu plus mou « Born in a flash », mais le reste de l’album est pour le coup homogène, totalement dans l’esprit du groupe, parfois très rock, parfois plus pop, parfois énervé…

Ryan Guldemon (chant, guitare lead et rythmique), accompagné de Jasmin Parkin et Molly Guldemond qui n’est autre que sa sœur (chœurs et claviers), de Jeremy Page (basse et cuivres) et enfin d’Ali Siadat (batterie et percussions électroniques), forment le quintet Mother Mother : une rencontre excentrique et farfelue entre pop et rock, le tout arrangé avec une main de maître !

Un groupe à suivre de très près…

Mother Mother – The Stand (interview) from Last Gang Records on Vimeo

.

Jankev

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.