jankev/ rubrique arts, Une/ 0 comments

Une - Exposition - Oreilles de Jankev - Art - Magazine - Musique - Culture

Vivez mes amis, vivez, car sans le savoir vous produisez de l’art. Venez faire l’expérience de l’espace temps en déambulant à travers les deux installations réalisées par l’artiste Samuel Bianchini. À partir d’un système interactif, ces assemblages in situ, produisent et construisent un véritable dialogue avec le public.

Qui Vive // Rubrique Art de Marine // Les Oreilles de JankevLe principe est simple, mais inattendu : une connexion entre la vie étudiante et l’œuvre elle-même. En travaillant en collaboration avec la faculté Rennes 1, l’œuvre est conçue à partir du dispositif de la domotique. Hein, la quoi ? Rassurez-vous, ce mot incongru m’est également apparu vide de sens. Pour résumer, il s’agit d’un système de captation des activités et sons, produits par les spectateurs dans la galerie, ainsi que par les personnes déambulant dans la bibliothèque. Et c’est ce système qui, retransmis vers des éléments motorisés, permet aux structures d’être mobiles. Outre cette motorisation en temps réel, son et lumière réagissent eux aussi en fonction des présences dans la galerie et font de cet ensemble un système interactif complet. Étudiants assidus travaillant dans la fameuse BU, ou spectateurs venus voir l’exposition, tous participent à l’animation des installations sans en avoir directement conscience. La bibliothèque et la galerie sont liées et connectées. Le lieu tient donc une place centrale dans la composition des ces installations, les animant et les modulant.

Les deux installations sont de grands assemblages de tables et chaises, accumulées de façon plus ou moins organisée. Là encore la matérialité de ces objets est implicitement en lien avec l’environnement de l’exposition. Qui aurait cru, camarades, que ces chaises et tables sur lesquelles nous passons le plus clair de notre temps, puissent un jour constituer de telles œuvres, je vous le demande ? Ajouter à cela, qu’à la première vision de cet ensemble, mon passé d’étudiante protestataire m’est remonté en pleine figure. J’ai instinctivement repensé à ces barricades, dressées lors des nombreux blocages. Jouant à la fois avec un contexte politique et historique, ces installations alliant le précaire et le monumental produisent alors une relecture sur l’espace public et sur les éléments qui le composent.

Ces deux accumulations branlantes se construisent comme un assemblage éphémère et alternatif, et nous questionnent sur le point de vue de ces objets si communs, qui, au final, peuvent avoir des usages multiples. Un nouveau sens leur est donné. À partir des notions d’accumulation et de matérialité, cet assemblage peut être rapproché des installations in situ de Tadashi Kawamata ou encore des œuvres d’Arman.

Qui Vive // Rubrique Art de Marine // Les Oreilles de Jankev

La mobilité de l’ensemble dynamise et modifie l’espace. Totalement suspendu au moindre mouvement de ces structures, on réfléchit instinctivement sur l’équilibre mis en place. Et l’expression « qui-vive » titrant ces installations suggère bien cela. Le spectateur est en état de vigilance. Une fois de plus, une certaine corrélation s’installe entre l’œuvre et son public. En associant vivant et prudence, l’œuvre interroge ce lieu de travail tout en incluant une certaine dimension symbolique dans ce contexte bien spécifique.

La citation de Paul Klee résume bien le ressenti que j’ai éprouvé lors de cette exposition : « l’art ne montre pas le visible, il rend visible ».

par Marine Ricard

Qui-Vive de Samuel Bianchini jusqu’au 17 février 2012 à la Galerie Art & Essai
Université Rennes 2 Haute Bretagne – 2 Place du recteur Henri Le Moal
35000 Rennes

Horaires : du mardi au vendredi 13h-18h

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.