The Dodoz : « Youth in its purest form »

the dodozThe Dodoz, le groupe rock qui ne cesse de monter. Petite interview avant le Printemps de Bourges 2009. Une date très importante pour le groupe programmé cette année. Ils nous confient leur hâte de jouer pendant le prestigieux festival Berruyer.

Dans plusieurs de vos biographies, on peut lire que les Anglais vous décrivent comme « youth in it’s purest form ». Comment prenez-vous ce compliment ?
Ça nous flatte, parce qu’on est encore jeunes, et on essaye de faire passer une certaine énergie pendant nos concerts, si les anglais nous décrivent comme tel c’est qu’ils ont capté cette énergie, donc on en est assez content.

Après avoir été programmés aux Transmusicales, vous vous apprêtez à monter sur la scène du Printemps de Bourges, haut lieu de rencontres professionnelles. Vous attendez-vous à des rencontres importantes pour l’avenir du groupe ?
A vrai dire on est surtout contents de jouer pour un festival aussi prestigieux, c’est un rêve de gosse. On est super excités, et ensuite évidemment on espère y faire de belles rencontres.

Parlez-nous de votre rencontre avec Peter Murray. Comment s’est nouée votre collaboration ?
Peter a écouté notre morceau Monster qui était sur la compil « CQFD » des Inrockuptibles en 2006, il a de suite flashé. Il est venu nous voir en répète à Toulouse. Peu de temps après, le courant est tout de suite passé entre nous, c’est un type génial, c’est beaucoup plus qu’un simple producteur ou manager. Pour nous, c’est un véritable ami.

Vous formez un groupe mixte, avec en lead vocal Géraldine, la touche féminine du groupe. N’est-ce pas trop dur pour Géraldine de se faire une place au milieu du quatuor ?
Non ça se passe très bien, on est comme frères et sœurs.

En 2006, vous apparaissez sur la compilation CQFD des Inrocks. Cela a-t-il constitué pour vous un tremplin ?
Oui, ça nous a clairement aidés. Beaucoup de gens ont pu nous découvrir par le biais de cette compilation.

Vous avez fait une campagne de pub pour « Nike ». Sur le cliché, vous faites du skateboard. Votre musique vous semble-t-elle liée au monde du skate ?
Euh je ne sais pas trop, si on fait du skate sur la photo c’est que le skate est notre première passion à tous, sauf Géraldine. Nous nous sommes rencontré par le skate !

Vous avez choisi comme nom « the Dodoz ». Pourquoi cet animal ?
Jules est tombé sur un contrôle d’anglais en 3ème. Il devait traduire une phrase avec le mot « dodo » dedans. Il a demandé au professeur ce qu’était cet animal, et ensuite on a choisi ce nom pour rigoler… Mais c’est resté!!

Propos recueillis en mai 2009 par Thomas « Jankev » GUEZOU pour le magazine Paplar et Les oreilles de Jankev.

0 Replies to “The Dodoz : « Youth in its purest form »”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.